« Gaza, une jeunesse estropiée »

« Gaza, une jeunesse estropiée »,

un reportage d’« Envoyé spécial » sur France 2

d’Yvan Martinet, Olivier Gardette et Mélanie Laporte

Gaza, une jeunesse estropiée

Le reportage, « Gaza, une jeunesse estropiée », diffusée le jeudi 11 octobre sur France 2, met au jour l’usage systématique de balles réelles par les soldats de l’armée israélienne contre les manifestations pacifiques de la population palestinienne à Gaza, qui ont eu lieu depuis le 30 mars 2018 à proximité de la clôture de séparation avec Israël. On compte depuis cette date 162 morts — dont 33 enfants, une femme, deux journalistes et trois membres d’équipes médicales — et 8 770 blessés — dont 1 521 enfants, 238 femmes, 110 journalistes et 122 membres d’équipes médicales (chiffres du Palestinian Center for Human Rights, PCHR).

La diffusion de ce reportage a été maintenue en dépit de la demande de l’ambassadrice d’Israël à la présidente de France Télévision de ne pas le diffuser. Jeudi 11 octobre, Aliza Bin Noun, ambassadrice d’Israël à Paris, a envoyé, en effet, à la présidente de France Télévision, Delphine Ernotte, une lettre demandant l’annulation de la diffusion sur France 2 de ce reportage.

Une demande reprise par le président du « Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) », qui est en réalité le relai en France du gouvernement israélien. Et aussi, le 9 octobre, soit deux jours avant la date de diffusion, par Meyer Habib, député (Union des démocrates et indépendants) de la 8e circonscription des Français de l’étranger —connu pour sa proximité avec la droite nationale religieuse israélienne et en particulier avec le Likoud, le parti du premier ministre Benyamin Néthanyahou —, qui a dénoncé la « haine d’Israël » dont le reportage de France 2 serait porteur. Sur sa page Facebook, il a qualifié la politique éditoriale d’« Envoyé spécial » d’irresponsable : « Elle […] prépare le terrain pour de futures violences antisémites, si ce n’est un attentat », a-t-il déclaré.

Le reportage, « Gaza, une jeunesse estropiée », met au jour ce que d’innombrables médias, français et étrangers ont déjà souligné au cours de ces derniers mois : l’usage systématique des balles réelles contre les manifestants, que ceux-ci tentent de franchir la barrière ou qu’ils se tiennent à plusieurs centaines de mètres. Une règle d’engagement confirmée aux journalistes d’« Envoyé spécial » par un ancien soldat de l’armée israélienne.

Yvan Martinet, journaliste de la rédaction France 2 et auteur du sujet, a déclaré au Monde être « consterné de voir l’ambassade d’Israël interférer dans [leur] ligne éditoriale avant même la diffusion ». « Je n’ai pas une virgule à enlever à ce reportage et je regrette cette tentative d’ingérence inédite et inquiétante de l’ambassade et d’autres instances et personnalités », a-t-il ajouté.

Gaza, une jeunesse blessée

Alaa, 21 ans, rêvait de devenir le champion palestinien de cyclisme. Une balle a emporté sa jambe droite et ses espoirs.

Comme Mohamad, 13 ans, Atallah, 17 ans, et tant d’autres. Quel avenir pour les jeunes de Gaza qui ont perdu leur jambe sous les tirs des snipers israéliens ?

Alaa, 21 ans, rêvait de devenir le champion palestinien de cyclisme sur route. Mais le 30 mars 2018, une balle a emporté sa jambe droite et tous ses espoirs. Mohamad, 13 ans, aimerait devenir médecin.

Lui aussi a été amputé, comme Atallah, 17 ans, et tant d’autres. Des prothèses rudimentaires ! Tous ont perdu leur jambe sous les tirs des snipers israéliens lors d’une « marche du retour ».

Elles ont lieu chaque vendredi depuis six mois : des milliers de Gazaouis convergent vers les barbelés qui les séparent d’Israël.

Chaque vendredi, elles se terminent dans le sang.

Quel avenir pour ces jeunes amputés dans un territoire où tout manque, où les prothèses restent rudimentaires ?

Partager l'article :

Par Yvan Martinet, Olivier Gardette et Mélanie Laporte, Envoyé spécial sur France 2 du 11/10/2018
Source : https://www.francetvinfo.fr/monde/palestine/gaza/video-gaza-une-jeunesse-estropiee_2977663.html